La VAE CAP Esthétique, cosmétique et parfumerie

LES FONCTIONS

La personne titulaire du CAP esthétique, cosmétique et parfumerie est spécialisée dans les techniques de soins esthétiques du visage, des mains et des pieds. Ses tâches sont diverses :

  • application de produits cosmétiques
  • réalisation de maquillage
  • épilation
  • soins de manucure

Elle doit également être capable de conseiller la clientèle, d’assurer la démonstration et la vente de produits de soins, de maquillage, d’hygiène et de parfumerie.

Cette personne peut exercer aussi bien en institut de beauté qu’en parfumerie, en salon de coiffure ou encore dans les grands magasins ou les grandes surfaces.

LA VAE D’ESTHÉTIQUE, COSMÉTIQUE ET PARFUMERIE

Pour effectuer la VAE d’Esthétique, cosmétique et parfumerie et ainsi obtenir le CAP, il faut impérativement que vous exerciez les fonctions citées précédemment et surtout que vous ayez réalisé dans le cadre d’un CDI, CDD ou bénévole au moins deux activités par domaine en rapport direct avec le référentiel d’activités soit trois unités de compétences ci-après :

  1. Exécution de techniques esthétiques :
    • réaliser des soins esthétiques du visage au décolleté
    • réaliser une épilation
    • réaliser une prestation bronzage UV
    • réaliser un maquillage visage et décolleté
    • réaliser des soins esthétiques et des maquillages des mains et des pieds
  2. Accueil, conseils et vente :
    • accueillir, prendre en charge et prendre congé du ou de la client(e)
    • conseiller et vendre des produits et/ou des prestations
    • mettre en valeur des produits et/ou des prestations
  3. Organisation et gestion :
    • gérer les rendez-vous
    • gérer les stocks
    • gérer le poste de travail
    • gérer les encaissements

Conformément au dispositif de la VAE, vous devez justifier d’au minimum 3 ans d’activité soit un total de 4 800 heures. L’activité pouvant être cumulée sur 12 ans maximum.

Attention : « Les périodes de formation initiale ou continue, quel que soit le statut de la personne, ainsi que les stages et les périodes de formation en milieu professionnel effectués pour la préparation d’un diplôme ou d’un titre ne sont pas prises en compte dans la durée d’expérience requise. » (Décret n° 2002-615 du 26 avril 2002)